Frédéric Borsarello, Violoncelliste




visiteurs
sur le site.

"Professeur ou Etablissement ?..."
par le violoncelliste Frédéric BORSARELLO

 

La période des Examens d'entrée dans les Conservatoires vient de se terminer et chacun semble avoir trouvé « une » place dans un Etablissement, mais je dois dire qu'à la vue des stratagèmes développés par les Etudiants, je suis extrêmement choqué et étonné par la façon aujourd'hui que certains ont de se "caser".
En effet, je suis surpris par le fait que certains d'entres eux, cherchent plus souvent à intégrer un Etablissement « en vue », qu'un pédagogue avec lequel ils devront passer plusieurs années.
Bien sûr, on vise le meilleur dans le meilleur Conservatoire.
Mais qu'est-ce que « le » meilleur professeur ? Excellent pour l’un, mauvais pour un autre.
Les plus grands solistes ne sont pas forcément les meilleurs pédagogues. Tant de qualités doivent être requises pour en être un vrai et c’est si long de comprendre le mécanisme de la sensibilité humaine !
Alors, comme on n’est pas sûr d'être reçu dans la structure prévue, on passe 2, 3, voire 4 concours d'entrée sans connaître l'Enseignant chez lequel on se présente et, considérant des Etablissements que l’on croit de « moindre importance », on se dit :
" Ce sera une bonne répétition générale pour entrer dans le Conservatoire que l'on a choisi. Et puis, on ne sait jamais, si je ne rentre pas là où je veux aller, je serai toujours quelque part..."
Etonné, je m’interroge…
Et le professeur, le connaissez-vous ? Dans quelles conditions l’avez-vous rencontré ?
- Non, je ne le connais que de réputation.
Attention aux  « on dit »…
Et je me souviens de la petite voix qui me dit … « Excellent pour l’un, mauvais pour un autre »
- Mais ce n'est pas grave, on verra bien !"
Et le jury a perdu son temps, il a peut-être refusé un élève qui est reparti déçu, pour en prendre un qui ne passait qu'une répétition générale, puisque s'il est pris ailleurs, il démissionnera (et souvent sans prévenir l’administration de ce départ).
Il y a plusieurs années, (ô les belles années !)  quand on décidait de devenir un musicien, on choisissait un pédagogue et on travaillait dur pour faire partie dans Sa classe.
On allait le voir, l’écouter à ses concerts, on cherchait à le connaître et réagir selon des principes, enfin on agissait  comme si on voulait entrer dans une famille. On apprenait un style, une façon de vivre, on recherchait un parent musical pour commencer sa vie de musicien et l'on allait au cours sans le subir. Et au bout de quelques cours, (dont le premier est une prise de contact, donc gratuit …) on avait compris si ce professeur convenait ou pas, et si on pouvait avoir toute confiance en lui.
Aujourd’hui combien d ‘étudiants déçus par un professeur « de récupération … » prennent des cours ailleurs, pour combler ce qu’ils de trouvent pas chez ce professeur de « secours ».
Que reste-il de tout cela pour ces chercheurs de "place-à-tous-prix" ?
Des Etudiants aigris qui critiquent au bout de quelques mois le professeur qu'ils n'ont pas choisi, se mordent les doigts (dommage, quand on en a besoin...) de n'avoir pas plus réfléchi à ce choix et qui vont au cours à reculons..
J’ai connu des étudiants qui, s’ apercevant trop tard de leur erreur, rechangeaient à nouveau de professeur et devaient une fois encore, s’adapter à une nouvelle technique, un nouveau comportement.
Que de temps perdu à cause d’un mauvais choix !
Il est passé le temps où l'on se mariait sans amour pour entrer dans une  famille cossue sans connaître le conjoint avec le(la)quel(le) on passait (normalement…) plusieurs années.
Bien sûr qu’il existe les divorces pour réparer les erreurs, mais à quel prix !
Le pédagogue qui les suit depuis leurs débuts devrait les orienter avec vigilance, leur parler de leur futur cursus et très important, les présenter à leur successeur. Bon nombre de ces étudiants qui n’écoutent pas les conseils de leur Maître, se heurtent à de graves problèmes physiques et humains, avec des Enseignants qui ne leur conviennent pas.
Mais comme on est fier d'appartenir à un Etablissement dit « de réputation » et comme il est flatteur sur son CV, de pouvoir le citer !
Mais si le professeur ne correspond pas à sa personnalité (et inversement), que reste-il alors de la qualité du travail ? Il faudra jouer tout de même devant le jury et bien pour obtenir un poste ou une récompense !!!  A quoi servira-t-il alors, d'avoir appartenu à ce Conservatoire renommé, si le choix de départ n’a pas été fixé par des critères correspondants à sa personne ? 
Bien sûr, en cas d'échec, des professeurs sont toujours là pour "accueillir ..." en cours particuliers, les tristes candidats. C'est en tous cas une façon positive (mais cependant onéreuse…) de rencontrer et connaître un pédagogue...
Il existe heureusement d'autres moyens (stages, visites à des auditions de classe, etc...) qui font que l’élève apprend à connaître l’Enseignant, l’aimer, le comprendre et bien sûr, encore inversement.
Je comprends cependant qu'il faille progresser, se confronter à un niveau et faire partie d'une structure musicale organisée, mais Jeunes Gens, vous qui voulez commencer ce métier délicat et difficile mais si fascinant à tous égards, choisissez plus le professeur que l'Etablissement, si par hasard vous ne pouviez pas trouver les deux au même endroit….
Votre avenir en dépend.

Retour à la page d'accueil